Hydrates de méthane


thegreatgashhttps://phys.org/news/2012-01-great-gas-hydrate.html

clathrate source image : http://ps.uci.edu/scholar/sites

Ce clathrate est formé de molécules d’eau qui emprisonnent une autre molécule, dans le cas présent une molécule de méthane CH4.

———————————–

http://www2.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/s3/hydrates.methane.htm

Une réserve énergétique énorme. À mesure que les réserves conventionnelles d’hydrocarbure s’épuisent, on devra se rabattre sur les réserves dites non-conventionnelles, comme les gisements des régions éloignées et d’exploitation onéreuse, les sables bitumineux et peut-être un jour, les hydrates de méthane. Comme mentionné plus haut, les hydrates de méthane des fonds océaniques constituent une réserve énergétique énorme, … mais pour l’instant inaccessible. Cette glace méthanique se trouve, soit dans les interstices du sédiment entre les particules de sable ou d’argile cimentant ces derniers ou sous forme de vésicules dans les sédiments, soit en couches de plusieurs millimètres ou centimètres d’épaisseur parallèles aux strates ou en veines les recoupant. Les hydrates de méthane sont donc dispersés dans les sédiments et ne peuvent être exploités par des forages conventionnels; il faudrait plutôt penser à une exploitation massive du sédiment à l’aide de dragues comme on le fait par exemple pour nettoyer les chenaux de navigation des sables et des boues, ou encore d’un système sophistiqué de pompage du sédiment. Mais voilà un énorme risque de déstabiliser rapidement les hydrates et de libérer des quantités considérables de méthane dans l’atmosphère, sans compter les accidents probables associés à ce genre d’exploitation. Il n’en demeure pas moins que l’industrie pétrolière salive à la pensée d’avoir peut-être un jour accès à de telles réserves. 

Une bombe écologique en puissance. Une déstabilisation massive des hydrates de méthane causée par exemple par une augmentation de 1 ou 2°C de la température des océans, ce qui est tout à fait compatible avec les modèles climatiques actuels, risque de produire une augmentation catastrophique des gaz atmosphériques à effet de serre. Une telle déstabilisation pourrait aussi causer d’immenses glissements de terrain sous-marins sur le talus continental, entraînant des tsunamis très importants qui affecteraient les populations riveraines. Ce pourrait être là deux des effets catastrophiques du réchauffement climatique actuel causé par une augmentation des gaz atmosphériques à effet de serre. Le méthane est 21 fois plus efficace que le CO2 comme gaz à effet de serre !

 

———————————————–

Une résolution de problème utilisable par exemple en Terminale S.

——————————————–

Les documents sont téléchargeables à l’adresse DOCS (dossier hydrates de méthane).

———————————–

La résolution de problème : hydrates-de-methane.pdf

hydrate

hydrate-3

hydrate-1

hydrate-2

Textes complémentaires : documents.pdf

documents1

documents2

————————————————

Les documents sont téléchargeables à l’adresse DOCS (dossier hydrates de méthane).

docs

——————————————————————–

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s